wordpress stats
iconHollywood Sign

 Un article de Marie :  Arch*idea


Les collines de Los Angeles offraient de bonnes opportunités dans le secteur de l'immobilier. Il ne faut pas oublier qu'en dépit du business lié au cinéma, l'immobilier a toujours été le premier conducteur économique d'Hollywood. Harry Chandler, éditeur au “Los Angeles Times”, s'était déjà impliqué dans d'autres projets immobiliers auparavant. Ses investisseurs et lui possédaient la majeure partie de la vallée de San Fernando. Ils avaient très vite compris le potentiel de ce petit coin de désert, à la minute où l'eau est apparue, car il était évident que ce désert deviendrait un jour un gigantesque jardin.

Publicité Immobilière
Sentant une occasion semblable dans les collines, Chandler s'associa avec le réalisateur Mack Sennett, qui devait surveiller la société d'investissement organisant le développement. Chandler eut l'idée d'une immense enseigne publicitaire érigée sur les flans de la colline et bien mise en valeur pour attirer tous les regards et appâter les clients potentiels sur le projet immobilier.

L'énorme publicité pour son lotissement immobilier, le Hollywoodland, fut érigée pour la somme de 21 000$. Elle était constituée de treize lettres de 50 pieds de haut (15,24 mètres) et était recouverte de quatre mille ampoules.

L'emplacement choisi par Chandler était extrêmement réfléchi. Judicieusement situé, il s'élevait comme une invitation aux nouveaux arrivants. Il faut imaginer les quatre mille ampoules scintiller dans la nuit : l'effet était magnifique (nous sommes en 1923, les lumières scintillantes de Las Vegas n'existent pas encore). L'infrastructure lumineuse nécessitait la présence 24h sur 24 d'un intendant exclusivement chargé de changer les ampoules. Celui-ci logeait dans une caravane à proximité de l'édifice !

Si l'Amérique était la terre ou tout était possible, alors Hollywood était le siège des désirs de l'Amérique, l'endroit où vous pouviez laisser libre cour à votre imagination…

Le symbole du cinéma
Entre 1923 et 1931, le Hollywood sign était devenu une attraction touristique et le symbole du glamour de Hollywood (grandeur et paillettes). Mais un évènement poético-tragique allait changer la donne… Sa réputation de “ville du cinéma” la précédant, Hollywood attirait bon nombres de jeunes acteurs désireux d'une carrière à la Clark Gable ou à la Greta Garbo.

Peg Entwistle était de ceux là.

Cette jeune actrice de 24 ans quitta New York pour Hollywood dans l'espoir de faire la carrière dont tout jeune acteur songe. Mais le rêve se transforma vite en cauchemard pour elle, quand elle réalisa qu'on ne lui proposait que des rôles peu conformes aux bonnes moeurs. Dépressive et convaincue d'avoir raté sa carrière, un jour de 1932, elle alla jusqu'au Hollywood Sign qui l'avait tant fait rêver, trouva une échelle d'entretien, grimpa sur la lettre H et sauta dans le vide.

A partir de cet évènement tragique, le Hollywood Sign ne fut plus simplement un symbole magique au milieu du paysage, le suicide de la jeune actrice devint irrémédiablement lié au nom même de la ville aux rêves déçus. Le signe incarnerait alors la métaphore d'Hollywood comme terre des rêves brisés.

Le lotissement immobilier de Hollywoodland dû faire face à une baisse dans les années 30, à cause d'un autre élément significatif : le crash financier de 1929. Dans les années 40, le signe fut laissé à l'abandon faute d'entretien. Au milieu des années 40, le signe était tellement détérioré que le voisinage pensa sérieusement à s'en débarrasser. Les réalisateurs se décidèrent à revendre leurs 450 derniers acres, qui incluaient le signe, à la ville de Los Angeles.

Un monument historique
Abandonné jusqu'en 1949, quand le “H” se renversa avec le vent, l'évènement servit de prise de conscience du secteur public : il fallait réagir. C'est à cette période que la Chambre de commerce de Hollywood intervint. Ils offrirent d'enlever les quatre dernières lettres du signe et de réparer le reste. Après un petit lifting, le signe retomba à nouveau dans l'oubli, dans les années 60.

En 1973, le signe alors vieux de 50 ans, est déclaré monument historique.

Cinq ans plus tard, la ville décide qu'il doit être complètement restauré. Cette opération de reconstruction impliquait un gros budget pour la ville, mais c'était sans compter sur la généreuse participation de Hugh “Playboy” Hefner.

Sensible au symbolisme de l'édifice, il organisa une grande fête dans son manoir et lança l'opération “adopter-une-lettre”. La campagne fonctionna si bien que chaque lettre fut vendue (Gene Autry acheta un “L”; Alice Cooper un”O” et Hefner le “Y…).

En 1978, les lettres Hollywood sont démontées et laissent bien vides, trois mois durant, les flancs du Mont Lee. Avant de faire place en novembre 1978, à de nouvelles lettres flambant neuf.

À l'origine prévu pour un an et demi, le signe Hollywood, symbole mondial de l'industrie du divertissement, est toujours présent, huit décennies plus tard. Et il n'est pas près de disparaître du paysage américain…

 
usaRecherche
 
usaNewsletter
 
usaMembres USA-Decouverte ?
 
  Facebook Twitter
 
Voitures ~
 
Vols ~