wordpress stats
iconInstitutions

 

 

Ce systéme est défini par de nombreux documents, comme la Déclaration d'Indépendance de 1776 ou la Constitution de 1787, sans oublier les nombreux actes reconnaissant, au sein des Etats eux-mêmes, les droits de l'homme et du citoyen.

Tout celà, proche de nous, prend toutefois un peu l'apparence d'un mythe. Ces documents entendaient préciser, avec l'accouchement d'une nation nouvelle, des droits fondamentaux, en réponse à certains problèmes éthiques vitaux, et donner à l'homme certaines garanties proches de l'idéal de 1789 en France.

Ainsi l'idée de gouvernement est-elle issue de l'héritage du Puritanisme de la NouvelleAngleterre, mais elle a aussi pris sa part de la philosophie des Lumières, sans compter qu'elle se fonde sur l'individualisme jalousement exprimé de la «frontière américaine».

C'est plus récemment que la croyance en des vertus transcendantales propres à l'expérience vécue par les «pères fondateurs» a pu être remise en question.

L'isolement géographique de l'Amérique par rapport à la vieille Europe a joué un rôle non négligeable, conduisant à des théories fort différentes de celles ayant alors cours en Europe. Au premier rang, mentionnons la défiance génerale de l'Americain envers l'Etat, en ce qui concerne la défense de ses intérêts.

L'Etat voit ainsi son initiative limitée à un certain domaine. Le système local de gouvernement forme la base nécessaire à l'union de citoyens libres et égaux. C'est pourquoi la Cour Suprême contrôle en fait l'action du Gouvernement.


D'autre part, la societé américaine éthniquement composite et longtemps en profondes mutations, a conservé en partie ses idéaux de base et reste consciente de ses fondements. Elle a tendance à reléguer l'administration publique à une position subordonnée.

La «Politique» a ainsi peu à voir avec les arcana imperii ou charisme dont s'enveloppe le pouvoir exécutif, auquel on assigne un rôle à part, celui de présider aux distributions des richesses à l'intérieur de l'Etat.

Partout s'interpénetrent droit privé - droit des individus - et intérêt public. D'ou le rôle des compromis, des controles prévus par la Constitution sur l'action du pouvoir, et aussi de régles du jeu ou le fair-play l'emporte.



Outre-Atlantique, on ne conçoit pas, comme on le fait en Europe, L’Etat comme une hiérarchie supérieure à l'individu, et débordant les intérêts particuliers.

L'Etat est ici plus neutre, ainsi qu'il convient a une nation dont la population est si variée sur le plan des origines, des cultures et des religions.

Pendant presque 150 ans, les Etats-Unis n’ont pas joué un grand rôle international. Depuis l'aube de son existence, le pays s'est payé le luxe, en assurant ses fondements nationaux, de s'intéresser aux affaires intérieures, aux droits des gens.

Le principe isolationiste de la primauté des affaires internes a ainsi prévalu jusqu'en 1917. C'est le résultat d'une histoire constitutionnelle sans discontinuité et sans grands heurts.

Le système constitutionnel de 1787 est donc encore presque totalement en vigueur, ce qui est, sur le plan historique, sans autre exemple.


Ainsi, la souveraineté populaire a-t-elle été posée en principe comme nulle part ailleurs. ll ne s'agit pourtant pas d'une démocratie directe mais d'une république fondée sur la représentation de la masse.

Il ne s'agissait pas en 1776 de remettre en question la Société, comme on le fit en France en 1789.

 

 

 
usaRecherche
 
usaNewsletter
 
usaMembres USA-Decouverte ?
 
  Facebook Twitter
 
Voitures ~
 
Vols ~